Xilko

20191004_155231_InPixio.jpg

date création. 2020/2021

écriture, chorégraphie, mise en scène .Fanny Marmayou

danseuse et comédienne. Joana Olasagasti

langues. Français, Basque

Joana arrive en camionnette, à l'arrière se trouve ses affaires. Elle retrouve ses amis qui ont répondu présent pour l'aider à emménager dans son nouvel appartement.

Il n'est en fait pas vraiment question d'un emménagement, d'ailleurs il n'y a pas d'appartement, seulement un bout de trottoir. Et ces gens qui ne sont finalement que des inconnus, vont se retrouver malgré eux à l'aider à s'installer et à l'écouter.

Elle leur propose un thé et des biscuits.....puis s'assoit sur un vieux fauteuil qui appartenait à sa grand mère. A côté d'elle une table basse, sur laquelle il y a une trace de tasse à thé. Nous sommes chez elle.

Son regard, son corps sont vides. Elle contemple ce qui lui reste d'elle, de son passé.

 

"Pour commencer ma vie je suis partie avec une tonne de souvenirs, ils sont là dans mes cartons, et j'ose même plus les ouvrir.

J'ai dit à Ama et Aita (maman et papa) que je m'en allais. Je vois encore leur expression sur leur visage...c'est là que je me suis rappelée d'une phrase que j'avais lu un jour : "la mémoire des parents est un sanctuaire où l'on étouffe".

Et je réalise que je dois les ouvrir ces cartons, pour au moins faire le tri.

Pour savoir où l'on va, il faut bien savoir d'où l'on vient ? "